Compte-rendu du Power Festival 2012

Compte-rendu du Power Festival 2012

Comme chaque année, depuis 8 ans La Louvière célébrait la fête nationale en musique.
Ni fanfare ni orchestre militaire au programme du Power festival mais des groupes punk, métal et rock pour faire chanter et danser le public venu nombreux.


On craignait la pluie et le froid, mais les cieux furent cléments sans doute parce qu’eux aussi, aiment la musique qui déménage et les festivaliers aux allures parfois un peu déjantées.
 
De ce vendredi, où les métalleux étaient plus particulièrement à l’honneur, je retiendrai surtout l’excellente prestation du groupe français Eths.
Pendant une heure,  il nous emmènera dans un monde fantastique et de contes de fées. A la fois Blanche-Neige et sorcière, Chaperon-rouge et le loup, ange et démon, Candice ravira la foule par sa voix tantôt douce, tantôt enfantine, puissante ou venant d’outre-tombe.
 
Je retiendrai également la très bonne performance du groupe belge Komah et du chanteur du groupe Deepshow qui, par son charisme et son énergie, a littéralement conquis la foule.
Et c’est bien après une heure du matin que je reprendrai la route, enchantée de ma journée mais aussi impatiente de découvrir ce que le lendemain allait me réserver.
Parce que l’affiche était plutôt alléchante !
 
A midi, le ton était déjà donné : pour faire honneur aux artistes présents, le public arborait des tenues et coiffures pour le moins originales : crêtes vertes, cheveux roses, jupes années 50, nez de clown et costumes psychédéliques sur peau tatouée avec grand art.
Difficile de vous parler de ce deuxième jour et de faire un choix dans les diverses prestations tant elles étaient d’une qualité exceptionnelle.
 
Et,  puisque je ne peux transformer ma chronique en roman, je vous parlerai de celles qui m’ont le plus impressionnée par leur originalité, le talent des artistes et leur faculté à transformer le plus calme des spectateurs en groupie hystérique !
 
A l’heure de l’apéritif, entre en scène The Last Row. Ces jeunes liégeois, avec des reprises de Little Richard, Chuck Berry ou Johnny Cash, nous emmèneront  à Memphis. Même s’ils n’ont pas la banane, ils ont la pêche !
 
Encore du rockabilly, mais à la sauce punk cette fois, avec les membres du groupe américain Koffin Kats, et leur manière acrobatique de jouer de la guitare et de la contrebasse pour un public déchaîné.
 
Et de la folie sur scène, on en aura encore avec King Kurt, une prestation  furieusement déjantée de la légende du psychobilly  britannique des années 80 qui, cette fois, n’a pas emporté dans ses  bagages œufs et farine. Une musique endiablée qui emballera les spectateurs, sous une pluie de farine lancée par des fans nostalgiques de rock pâtissier.
 
En soirée, the Mahones , sa musique hyper punchie et Katie McConnell montée sur ressorts nous feront danser sur des compositions punk celtiques.
 
C’est déjà bien tard, que les Damned entreront en scène. Les festivaliers les plus âgés sont là pour eux,  pour ces Papes du Punk londonien, qui après 35 ans de carrière ont toujours le don de faire bouger la foule.
 
Je ne voudrais pas terminer cette chronique sans décerner un dix sur dix aux organisateurs et bénévoles du festival qui, par leur professionnalisme et leur sympathie, ont réussi à satisfaire des spectateurs de trois générations.
Un coup de chapeau aussi à la sécurité, qui, avec une main de fer dans un gant de velours a permis à ce que la bonne humeur et la convivialité soient présentes tout au long de ces deux journées.
 
Le Power festival c’était génial… et pour ceux qui en douteraient, je les invite à regarder les photos prises par Alain et Guy lors de cet évènement.
 
Paty Larbecq

 

Dans le même genre

Dour 2016 : le récap’

Dour 2016 : le récap’

Trop d’annonces en tout genre, trop de nouveautés, trop de groupes à retenir et tu n’as pas tout suivi… Wallonight t’offre le récap’ du Festival de Dour.

Premiers noms pour le festival Deep In The Woods

Premiers noms pour le festival Deep In The Woods

Perçant la grisaille pour vous faire rêver au charme buccolique de Massembre et à l'esprit toujours ensoleillé du festival, voici les premiers noms de Deep In The Woods 2016

Ostend Beach - 9 et 10 juillet 2016

Ostend Beach - 9 et 10 juillet 2016

Le festival Ostend Beach a dépassé ses débuts et devrait prendre sa place parmi les grands festivals du pays, ils l’ont bien prouvé l'année passée lors de leur 6e anniversaire. Non seulement le samedi ils ont passé le cap de 10.000 visiteurs, ils ont également obtenu une place dans le TOP 10 des meilleures locations de fêtes à travers le monde au Pulse Radio Platform international.

Une cinquième journée confirmée au Village Francofou le 19 juillet

Une cinquième journée confirmée au Village Francofou le 19 juillet

Initialement étalé sur 4 jours, le programme du Village Francofou vient de s'enrichir d'une journée supplémentaire le 19 juillet qui fera partie intégrante de l'abonnement du Village. C'est donc un cadeau tombé du ciel pour les festivaliers, qui voient ainsi leur festival augmenté d'une quinzaine de concerts, et non des moindres !

A propos

Composé d'une équipe d'une vingtaine de bénévoles, Wallonight c'est un webzine et un agenda destiné aux francophones de Belgique intéressés par le monde de la nuit, les concerts, les festivals, la musique et les artistes de leur région.

Votre évènement

Faite la promotion de votre évènement gratuitement sur Wallonight.

Ajouter un évènement
dans l'agenda de wallonight

Newsletter