<![CDATA[Wallonight - Les derniers articles nightlife]]> /articles-interviews-et-nightlife.html Fri, 22 Jun 2018 16:38:25 +0200 Zend_Feed http://blogs.law.harvard.edu/tech/rss <![CDATA[MC SOLAAR première tête d'affiche du Ronquières Festival 2018]]> http://www.wallonight.be/nightlife/900-mc-solaar-premiere-tete-daffiche-du-ronquieres-festival-2018.html
L’auteur des classiques « Caroline », « Nouveau Western », « Les Temps Changent », « Obsolète », « Inch’Allah », « Da Vinci Claude », « Hasta la vista », « Qui sème le vente récolte le tempo », ou encore « Bouge de là » et « Solaar pleure »fait son retour pour réécrire son œuvre.

« Avec le feu et la forme » Solaar nous délivre ici un album incroyablement riche. Porté par le 1er single « Sonotone », qui revisite le mythe de Faust, ce 8e album « Géopoétique » est taillé pour transformer « un monde monotone et morne ». « Prêt à avaler le printemps et recracher l'automne, parce que rien ne se perd et que tout se transforme ».

Pour célébrer cette première annonce, le festival de Ronquières met en vente ce jeudi 7 décembre à 10:00, un quota de 1000 pass 2 jours (samedi 4 et dimanche 5 août) EARLY BIRD à 60 € hors frais

Ces trois dernières édition, le Ronquières festival était sold out longtemps avant l’ouverture des portes. Soyez prévoyants et n’attendez pas, le quota de ticket en promotion risque d’être épuisé très rapidement.

Le ticket CAMPING à 13 € hors frais sera également disponible à partir de jeudi.]]>
Tue, 05 Dec 2017 17:22:33 +0100
<![CDATA[L'automne en Botanique]]> http://www.wallonight.be/nightlife/899-lautomne-en-botanique.html
Le pas se fait pressant pour regagner la maison et ça sent déjà les effluves de chrysanthème et de tarte de Tancrémont ?
Si les jours se font plus courts, les Nuits du Botanique s'allongent comme chaque année pour réincarner nos insomnies individuelles en transe musicale collective.
La promesse est toujours identique (et tenue): faire vitrine pour ces artistes en éclosion qui deviendront les étoiles de demain.

A la carte d'octobre:
(SANDY) ALEX G • ALEX LAHEY • ASTRID S • BACON CARAVAN CREEK • BRANT BJORK • CABBAGE • COLD SPECKS • DECLAN MCKENNA • DOTAN • FLOTATION TOY WARNING • HANNI EL KHATIB • HUNDRED WATERS • HUSKY • INHEAVEN • JASPER STEVERLINCK • JULIETTE ARMANET • KINGS OF EDELGRAN • KT TUNSTALL • LALI PUNA • LOMEPAL • MAMMÙT • MOTORPSYCHO • NEWTON FAULKNER • NILE ON WAX • RIDE • SLOWDIVE • TORA • VAGABON • WOLF ALICE • YOUSSEF SWATT’S • ZOOT WOMAN

Avant goût avec la désormais connue Juliette Armanet (déjà sold out!):


Novembre:
!!! • ALEX CAMERON • ALGIERS • ANGELO DE AUGUSTINE • AVEY TARE • BOGGAMASTA • BØRNS • CURTIS HARDING • DBFC • DENZEL CURRY • DORIAN WOOD • FRANCOBOLLO • GODSPEED YOU! BLACK EMPEROR • JP COOPER • JULIEN BAKER • KEVIN MORBY • LA CHIVA GANTIVA • LIARS • LOLA MARSH • LOST HORIZONS • MOSES SUMNEY •  NOTHING BUT THIEVES • OTHERKIN • PETER PERRETT • PRINCESS NOKIA •  PROTOMARTYR • SHANTEL & BUCOVINA CLUB ORKESTAR • SPOON •STU LARSEN • TÉMÉ TAN • TENNYSON • THEO CLARK • THIS IS THE KIT • TORRES • ULVER • WEAVES • WOLF PARADE
  
Décembre :
DESTROYER • LANY • LAST TRAIN • SON LITTLE

Demandez le programme: botanique.be
De belles soirées en perspective et pour y participer à moindres coûts, il suffit de s'offrir la Bota'Carte !]]>
Mon, 25 Sep 2017 16:51:39 +0200
<![CDATA[Un samedi à la Truite Magique]]> http://www.wallonight.be/nightlife/898-un-samedi-a-la-truite-magique.html
A'torat Liège, cap sur Tavigny! Quarante cinq minutes de navigation houleuse via GPS plus tard, nous slalomons entre les gouttes et les pelotons de cyclistes au travers de la bourgade fleurie d'Houffalize.
La route sinueuse longeant la colline fini par dévoiler enfin la crique verdoyante tant attendue.
Nous jetons l'encre.



Des mâts de tentes transpercent les feuillages, la vallée semble vibrer au son d'une musique encore lointaine, comme une invitation à nous rapprocher.
Nous nous décidons à pénétrer dans le repère des pêcheurs.

A la lueur chancelante d'une lanterne, nous traversons un petit pont dont le bois craque sous nos pas.
Amarrés à la chaleur d'une guinguette, certains mangent sur des nappes trop blanches tandis que d'autres déboulent joyeusement du camping les cirés ruisselants.

Soudain, une apparition au sourire avenant revêtue de blanc nous propose de nous faire faire le tour du domaine. C'est Angélique Poncelet, la chargée presse et communication. Elle nous raconte que la clairière appartient à Henja Govers et Bob Muileboom. Le couple est également propriétaire de l'hôtel la Truite d'Argent, son doigt indique un chalet un peu plus loin, en hauteur. Au dessus de nos têtes, des drapeaux de tissus multicolores flottent joyeusement et semblent nous indiquer la direction qu'a prise le lapin blanc de Lewis Carol. Ce mot est banni et pourtant on va transgresser la bienséance: Beau. Le paysage est beau à pleurer. Vert, doux, dégagé, vaporeux. On croirait qu'il va fondre sous la pluie comme une aquarelle. Des formes abstraites font semblant de se cacher dans les bois avoisinants. Angélique nous explique qu'il s'agit de créations phosphorescentes, qui s'illumineront donc une fois la nuit tombée.
«Food in The wood» indique une bannière et notre guide s'engage sur un petit chemin de terre sinueux jalonné d'échoppes à boire et manger.
Ventre affamé n'a pas d'oreilles et lorsque l'odeur de l'herbe mouillée se mélange aux vapeurs de viande rôtie du yucatan et aux arômes de soupe au potiron, la concentration se révèle laborieuse,
Pas de gros slogan, aucun sponsor en vue, mis à part Lupulus, bière locale brassée avec sagesse. La truite veut rester indépendante. Cette réelle promenade de santé nous amène jusqu'à un étang où chantonnent les clapotis de l'eau tandis qu'une truite coiffée de bois de cerf nous sourit d'un air moqueur. Des festivaliers à la trentaine épanouie se réchauffent à la chaleur d'une buvette.



Des notes aux accents country nous entraînent sous le spacieux chapiteau de la Magical Stage dans laquelle nous entrons comme on ouvre les portes d'un saloon (sauf qu'il n'y a pas de portes).
Les battements de bottes de caoutchouc font déjà gronder le sol alors que le concert n'a commencé que depuis dix minutes. Sur scène, les londoniennes Worry Dolls irradient. Des vallées d'Irlande en passant par les plaines amérindiennes, en faisant un crochet par le Bayou, les mains se baladent sur le manche de la gratte et le road trip, façon Dixie Chicks, met tout le monde d'accord.
Des rayons de soleil jaillissent sous les ongles qui agrippent les cordes du banjo.
Les feuilles rousses d'un été indien semblent se mélanger à la chevelure de Zoe Nicol tandis que Rosie Jones cavale derrière à la guitare. Pendu au micro un attrape rêve se balance, conserve les belles images de la nuit, capte les songes envoyés par les esprits et brûlent les mauvaises visions aux premières lueurs du jour. Le public est envoûté et la musique respire, circule, se propage dans la foule, qui pour une fois n'est pas oppressante.
Les deux filles quittent la Magical Stage sous les acclamations et nous ne pouvons nous empêcher de penser à Thelma et Louis (sans le ravin).



Au bord d'un ruisseau, trois dos se livrent une bataille sans merci. C'est à celui qui pissera le plus loin. Plus les cailloux phosphorescents sont loin, plus il y a de points à gagner.

On décide d'aller se ravitailler.

Six allés-retours sur la route de la tentation plus tard, nous revoilà, triomphants, un bol de nouilles tibétain à la main.

Slurp.

En sortant de là, nous tombons nez à nez avec le chanteur Cavan Moran, de Manchester, encore visiblement enivré de sa prestation de midi. Volontaire à la Truite, Il a aporté sa pierre à l'édifice chaque année pour son élaboration. Cela fait deux fois que lui et Emma, sa compagne et partenaire de scène, se produisent sur la Forest Stage et, le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il ne boude pas de ne pas être sur la grande scène:
«We want this fucking forest stage»!
Je lui demande ce qu'il a pensé des prestations des autres artistes et il me répond que c'était de chouettes spectacles mais que personne n'est aussi bien que Cavan Moran. Il exécute un pas de tango.
Emma le rattrape. Il conclu par «My name is Bob Dylan» et me marche sur le pied.
Je ne sais pas pourquoi mais, je l'ai cru.

Le ciel, sur l'étang hésite encore entre le soleil et l'orage.
Ambiance aquatique, danse des moustiques.

Les chalands manoeuvrent en destination de la Forest Stage.
Un chouïa plus petite que la Magical Stage, elle est située juste à l'orée du bois et construite toute de branches et de planches.
Revêtue d'un peignoir de lumière, Mati Le Dee, chanteuse du groupe Gauss semble invoquer les esprits de la forêt qui lui reviennent en écho par delà la vallée.
Pendant la messe, soudain, deux créatures revêtues de combinaisons bariolées de peinture fluorescente font irruption entre les rondins de bois sur lequels les gens se sont installés confortablement comme dans leur salon. On ne sait pas trop si elles vont nous prendre dans les bras ou nous kidnapper. Du coup, on les regarde du coin de l'oeil se déplacer jusqu'à ce qu'elles finissent par nous distribuer l'expression de leurs plus sincères sentiments sous forme de coeurs en papier.
Au recto, on peut lire «La truite magique» et au verso: «Let's celebrate life». Et c'est bien ce que font les ombres des arbres, qui dansent et se confondent avec la silhouette d'Emile Setyrn ,et ses faux-airs de Jack White, qui s'agite derrière le clavier, au milieu de ce petit théâtre à ciel ouvert, peint rouge sang où l'air se fait aussi inquiétant que fascinant.

Dans la forêt, la toile d'araignée phosphore déjà.

Une vingtaine de festivaliers se sont enhardis dans la forêt pour aller examiner le spécimen à cordes de plus près.
On dirait que ça ne les gêne pas de marcher dans la boue. En témoigne Vick venue en sandalettes. Zoom sur les pieds.
«On est partis un peu dans l'urgence» justifie-t-elle, hilare.
Consciente de s'être plantée dans le dress code, elle confie avoir aussi emporté des robes d'été.
Le soleil ce sera pour demain, en attendant elle se réjoui de pouvoir les porter le soir dans la tente.
Nous remarquons un peu plus loin que d'autres sont venus avec leur gros sabots.

Lundi matin, Vick et ses amis repartent pour Rotterdam. Une bonne route les attends.
C'est le cas aussi de Michael, soixantenaire rock'n'roll originaire de la province de La Frise aux Pays-Bas. Bénévole depuis la première édition de la Truite, il y revient par tous les chemins. Sur son temps de pause , il nous confie qu'il a dormi dans sa voiture sur le parking et en tente. La tente le relaxe. Le hard rock aussi. Mais il n' y a pas de hard-rock ici.
«Ce n'est rien, j'aime tout les types de musiques qu'il y a ici» répond-il, se piquant un coeur en papier sur la tête.

Sur la Forest Stage, la pop atmosphère existentialiste Gauss continue à agir par la présence magnétique de la chanteuse.
«Je pense que nous sommes à l'aube d'un nouveau monde, Je fais partie de l'ancien monde et j essaie de ressentir ce que le nouveau monde sera». Elle cherche l'équilibre entre les deux. Et moi comment je vais traduire ça. «  Je chante a propos de mon amour et de l'espoir par rapport à la souffrance, la nature, la guerre, les enfants soldats qui n'en ont plus, d'espoir». Je lui dit que son univers musical me fait penser à Coco Rosie et demande si elle aime. Elle me répond: «Je ne connais que le premier album» puis s'inquiète «c'est un compliment»?
-Oui.





Notre guide nous ramène vers Henja Govers, clé de voûte de ce événement cohérent sur le fond comme sur la forme depuis maintenant quatre ans.
Elle a le regard de ces gens qui ont beaucoup voyagé et qui vous hébergerais si vous étiez perdus.
On sent que le festival l'anime jusqu'aux entrailles et que ce n'est pas tant l'arrivée qui l'intéresse mais le voyage, fait de rencontres et de partages.

Les mystérieuses créatures se sont réfugiées dans l'intérieur chaleureux du chalet La Truite d'Argent. Entre deux tables en bois brut, elles s'entraident pour dézipper leur combinaisons et tombent le masque, révélant cheveux blonds et visages mutins.
Je leur demande si elles arrivaient à voir correctement dans leurs costumes et elles me répondent que pas grand-chose ce qui, au final, n'était pas plus mal pour la performance.
Toutes deux, amies débarquées des Pays-Bas, ont passés leurs nuits au camping.
Ce sont elles qui ont mis en couleurs les cailloux du ruisseau.
L'une danse par passion et la deuxième, Hannah, est spécialisée dans la vidéo et la photographie.
Elle est captivée par la façon dont les danseurs s'adaptent et interagissent avec les projections.
Elle-même se mélange, souvent à des images hypnotiques kaléidoscopiques.



A une table, certains boivent et reboivent, encore.
Des rires se mélangent aux crissements d'un violon.
Au dehors la pénombre d'un nouveau crépuscule fait jaillir tout autour de nous d'innombrables lumières colorées, comme autant d'arc-en-ciel fantasmagoriques au coeur de la profonde noirceur ardennaise.
Nous laissons à la nature cette vallée faite de songes et de souvenirs fugaces
qu'un battement de cils pourrait faire disparaître comme un rêve éveillé.

Toutes les photos, sont ici: www.facebook.com/Latruitemagique.festival

Tentés par l'aventure?
N'attendez pas l'été prochain, La Truite propose des concerts tout au long de l'année.
Prochaine date: samedi 30 septembre.

La Truite Magique: www.la-truite-magique.com
Hotel la Truite d'Argent: la-truite-houffalize.strikingly.com/
Worry Dolls: www.worrydollsmusic.com
Cavan Moran: cavanmoranmanchester.bandcamp.com
Gauss: vi.be/gauss
Hannah Goedhart: hannahgoedhart.com/over]]>
Mon, 28 Aug 2017 11:29:30 +0200
<![CDATA[Qui es-tu, truite magique?]]> http://www.wallonight.be/nightlife/896-qui-es-tu-truite-magique.html
Cela fait quatre ans qu' Henja Govers et Bob Muileboom, les propriétaires de l'écrin verdoyant qui t'abrite, t' ont (et se sont) jeté(s) à l'eau, en nage synchronisée, pagayant toujours à la même cadence, pour te réinventer chaque été.
Cependant, tu reste insaisissable pour le grand public. Wallonight est parti à ta rencontre samedi dernier et a réussi à attraper, en amont de deux concerts, Henja et Angélique Poncelet, chargée de communication, pour tenter de te ferrer. Ou du moins, te cerner.
Tête à tête avec les pieds presque dans le ruisseau.

D'où vient le nom de la Truite Magique?
- Angélique: La taverne qui a été reprise par Henja et Bob s'appelle «la truite d'argent» et petit à petit tout s'est appelé la truite. On a des concerts qui pendant l'année s'appellent «La truite live!» et maintenant le festival qui s'appelle la truite magique.
C'est même devenu le logo officiel du lieu qui est une truite avec des cornes de cerf.

Une truite forestière.
- Angélique: (rires) Tout à fait!

Comment pourrait-on expliquer la philosophie de la Truite magique ?
- Angélique: L'idée est de proposer dans un cadre totalement atypique et totalement vert, en plein coeur des bois, un espace de rencontre où la musique pourrait un petit peu s'envoler avec les gens dans un autre univers.

Angélique Poncelet, responsable Presse & communication

Comment choisissez-vous les artistes qui vont venir à la Truite ?
- Henja: Bob est musicien depuis 25 ans et il arrive à trouver toujours de nouvelles choses, de nouvelles pépites. Ce que vous entendez maintenant par exemple, c'est les Indelicates et ça c'est vraiment quelque chose de spécial. C'est ça qui nous tient à coeur : dénicher de nouveaux artistes. C'est du travail avant et après et c'est dur, dur de continuer chaque année et d'organiser à chaque fois un festival qui soit nouveau et unique.

Des groupes belges mais pas seulement...
- Angélique: Oui, les USA sont aussi représentés ainsi que l'Angleterre, qui est une vraie terre de jazz, de folk et on a donc énormément d'artistes qui viennent de là-bas. Et oui, bien sûr, la Belgique est d'office là. Cette année on a trois groupes qui représentent bien le pays.

Il paraît que l'acoustique est différente dans la nature ?
- Angélique: Oui vous allez pouvoir en vivre l'expérience en live , c'est un son particulier.
D'ailleurs il y a des artistes qui ne veulent plus monter sur scène, qui veulent carrément être dans les bois pour jouer et ça vous le verrez tout à l'heure.

La line-up reste-elle secrète longtemps?
- Henja: On la divulgue progressivement. En avril-mai, on propose une série d'artistes.
Nous avons déjà maintenant quelques noms pour la prochaine édition mais ils ne sont pas divulgués, ça reste secret.
En novembre nous avons déjà la line-up et, courant du mois d'avril-mai, on diffuse l'info!
Mais, jusqu'à la dernière minute, il peut y avoir du changement!
Il y a quelques heures, nous avons diffusé quelque chose en plus, qui n'était pas prévu à l'affiche, un petit groupe dans la guinguette. Il y a toujours des surprises, qu'on n'énonce pas à l'avance.
C'est aussi ça qui montre que c'est un festival indépendant; on travaille au fur et à mesure avec les gens parce qu'on ne fonctionne pas comme les grosses boites où l'on fait une programmation , un line-up fiché, réglé, minuté...Ici ,les choses peuvent toujours évoluer.

- Angélique: La tête d'affiche principale, la vedette, c'est vraiment l'endroit.

Combien de temps cela prend-il pour préparer un festival comme celui ci ?
- Henja: Dès qu'on aura fini ce festival, on attaque pour la prochaine édition!

Ce qui est gai, ici, c'est qu'il y a un coté village. Vous avez d'autres personnes que celles de la région?
- Angélique: Oui, on a des personnes de partout! De Belgique, de Hollande, de Grande-Bretagne, de France, du Luxembourg. Un public assez varié et ils viennent se retrouver ici, parce que c'est convivial.
On ne s'est pas développé comme la plupart des festivals de la région, on a décidé de faire un mouvement inverse et de rester en petit comité pour reprendre un côté secret, magique, autour de ce lieu et de la musique que l'on propose.

- Henja: On veut rester un petit cocon, on aime mieux la qualité plutôt que la quantité.
On ne cherche pas de subsides.
C'est complètement autre chose par rapport à un festival plus grand. Ici, ça rapproche les gens.
On est dans une idée de partage, pas de développer un gros truc et de proposer une énorme affiche musicale, mais plus de partager la musique et de la vivre plus intensément...Et ça dépend de toutes ces choses.

Ca c'était pour cette année- ci mais, les autres années, vous vouliez aussi garder ce côté confidentiel ?
- Angélique: On a fonctionné comme cela toutes les années, le but c'est vraiment de garder la magie du lieu. L'année passée on a atteint les 1000, 1200 personnes par jour et là, on s'est dit «qu'est ce qu'on fait? On grandi, on grandi , qu'est ce qu'on va faire l'année prochaine»? Et donc on s'est dit « on va faire le contraire, on va rétrécir un peu tout ça, on va le rendre plus intimiste et on va bloquer les entrées à 500 places ».

Henja Govers, organisatrice du festival

Pour garder ce côté un peu humain, où les gens peuvent aussi se retrouver d'année en année ?
- Henja: Oui tout à fait. Il y a des liens qui se créent et puis, il y a toute une ambiance très zen , très nature.
Vous pouvez vous éclater devant une scène, devant des artistes et puis passer dans un hamac dans les bois et vous poser ou mettre vos pieds dans le cours d'eau.

Vous avez fait appel à des étudiants en arts plastiques pour la déco dans les bois ?
- Henja: Oui, et nous avons mis notre patte aussi. Chaque année on prend un projet avec une école d'art.
Nous avons essayé de créer une ambiance unique, c'est difficile à expliquer mais, elle s'inspire de la nature.

- Angélique: Par exemple, (elle montre les deux danseuses revêtues d'une combinaison peinte intégralement) tous les dessins qu'elles ont peints sur leurs corps sont issus de la nature.
C'est l'idée de créer une fusion avec la nature, c'est ça qui nous inspire.
Comme tu le vois, le vert, le rouge, le feu.

- Henja: Et on fait la décoration avec des choses réutilisées. C'est très important de ne pas prendre du nouveau. Les drapeaux que vous voyez ont été faits à partir du restant des t-shirt des volontaires des années précédentes.

Que sont-ils devenus ?

- Henja: (rires) Ils reviennent chaque année pour aider ou se retrouver autour d'un verre.

Qu'est ce qu' un festival réussi pour vous ?
Etes-vous contentes, une fois qu'il est passé ?

- Henja:Non jamais, on est jamais satisfaites.
C'est ce qui nous donne aussi l' envie de nous dépasser.

- Angélique: Chaque année, Henja se demande si elle va recommencer le festival parce que c'est beaucoup d'émotions, beaucoup d'investissements mais, quand c'est fait et qu'elle a le retour des gens, elle s'émerveille à nouveau et replonge de plus belle! Se rendre compte que la transmission des ondes positives de l'événement lui revient ne peut que l'encourager à continuer !

Comment résumeriez-vous en quelques mots la Truite Magique ?
- Henja: "La Truite Magique c'est la recette parfaite entre une nature exceptionnelle, une ambiance chaleureuse et de la bonne nourriture avec de la musique qui fait du bien" .
"C'est ce petit truc en plus de... magique".


Merci à Angélique Poncelet et à Henja Govers, qui ont jonglé entre le français, l'anglais et néerlandais dans la bonne humeur.
Grâce à elles, on a un peu mieux cerné l'animal.
Si vous êtes encore perplexes, restez connectés à Wallonight, on vous livrera cette semaine notre expérience sur le terrain.

www.la-truite-magique.com]]>
Thu, 17 Aug 2017 10:28:54 +0200
<![CDATA[Interview - Suffocatings Minds]]> http://www.wallonight.be/nightlife/895-interview-suffocatings-minds.html Voilà l'impression que me donnait le premier album des Suffocating Minds.

Des textes sombres, conduits par une rythmique assassine, une tension électrique, des montées d'adrénaline en puissance, puis, une descente en chute libre. Mais maîtrisée. Si les musiciens de Suffocating Minds - tous nés dans les années 70 et 80 en pleine explosion de l'electronic music et des jeux vidéos - sont assurément insufflés par ces courants, ainsi que par le renouveau du troisième millénaire, ils ne se sont pas pour autant complus dans la parodie.
«In a different life» nous emmenait sur les chemins connus du new Wave/ electro/synthé puis nous décontenançait par ses accalmies et ballades, saupoudrées parfois de violoncelles sur lesquels venait se poser la voix de Vincent Lemineur.
Les chemins se révélaient, en réalité, des courts-circuits addictifs qui se plaisaient à jouer de notre système nerveux, une fois le cap dépassé de la première écoute et des a priori.

La multiplicité des émotions, en funambule entre l'amertume tranchante et l'idée d'un autre vie, démontraient que musique électronique ne rime pas nécessairement avec musique industrielle.
Dès lors on ne peux que crier cocorico à la nouvelle d'un deuxième album «Second Life», synonyme de la renaissance d'un groupe belge de talent dont la signature se fait de plus en plus affirmée et les dates de concerts démultipliées.


Sur scène, leur osmose est totale. La clé réside sans doute dans leurs liens d'amitié datant bien avant leur formation, en 2007. Comme quoi, l'on est riche que de ses amis.
Alain De Beck à la batterie, David Ninane à la basse, Grégory Lacomble au clavier et Vincent Lemineur au micro, oeuvrent ensemble de front et ne semblent former qu'une seule entité.
Outre leur emprunte musicale en clair obscur, leur complicité, leur naturel et simplicité font leur force.
Efficaces et sans artifices. Les Caravage de l'électro belge.
Bon, on en fait peut-être trop.
Trêve de bavardages, rencontre avec les gentils SM.

Quelles impressions gardez vous de votre passage à Spa?
Vous êtes passés de la vitrine Franco à la scène Playright, prenez vous ça comme une marque de reconnaissance et de confiance de la part des organisateurs?


Alain: Très bonne impression! Public présent et réactif, un mix de personnes qui nous suivent et d’autres qui venaient nous découvrir…

David: Nous avons en plus eu le plaisir d’être présentés par Charles Gardier, qui, on le sait, court beaucoup pendant le festival.
Donc, faire le détour par la Playright est un sacré bon signe témoignant de son intérêt pour SFMD!

Avez vous eu le temps de regarder d'autres concerts?
Sinon, lesquels auriez vous aimé voir?


Alain: Non! Mine de rien, un concert de trois quart d'heure nécessite presque dix heures de disponibilité; entre le démontage au local de repét, le trajet, l’organisation sur place, le sound check, puis le démontage, partager les impressions avec le public, l’une ou l’autre interview suivie d’un repas bien mérité et...la soirée est déjà terminée...

Vince: Aller voir Mustii et Konoba nous aurait par contre bien plu.

Est-ce qu'on peut dire que Suffocating Minds a trouvé son public?
Est-ce que les personnes présentes à vos prestations sont les mêmes à la Fiesta du Rock qu'aux Franco?


Vince: On réalise de plus en plus que notre musique nous permet de participer à des événements très différents, donc «notre» public est finalement constitué de profils allant de simples mélomanes aux amateurs plus pointus d’Electro-Synth-Pop-New Wave ».

David: On a donc cette chance de pouvoir faire le grand écart entre les Francos et le W-Festival cet été!

Vidéo de Second life:

Réalisation: Samuel Szepetiuk

On dit souvent que le 2ème album d'un groupe marque soit la continuité avec le premier, soit une rupture, en tout les cas que celui-ci est décisif pour son avenir.
Où situez vous «Second life»?


Vince: Le 1er album ressemblait finalement plus à une grosse démo, une compilation qui nous a permis de poser les bases de ce qu’allait devenir SFMD, du point de vue artistique, mais aussi relationnel.

Alain: Le second album, tout en restant dans la lignée, s’est voulu plus affirmé et plus travaillé. Nous tenions à ce qu’il soit à la hauteur des envies de chacun et qu’il marque une évolution à tous les niveaux.

Greg: Nous sommes tous très heureux du résultat tant technique qu’artistique et… les retours que nous en avons depuis sa sortie semblent aller dans ce sens. Dans ces moments charnières de la vie d’un groupe, on comprend pourquoi on a dépensé autant de temps et d’énergie à cette musique qui nous anime.

Votre premier opus s'appelait «In a different Life» et le nouvel «Second Life»? Par quel temps sont inspirés vos écrits? Et qui en est à l'origine?

Vince: Je considère chaque chanson comme un court-métrage qui raconte une tranche de vie, qu’elle soit une référence à ma vie passée, présente ou une vie fantasmée. Les thèmes abordés sont, pour la plupart, le résultat de questionnements sur l’existence et la relation à l’autre.
Le choix du titre «Second life» est un clin d’oeil au premier album,
une affirmation à son statut de deuxième opus et une référence à notre vie parallèle dans la musique, si importante pour chacun d’entre nous.

Votre 2ème album semble plus lumineux, côté propos que son prédécesseur…

Vince: Peut-être qu’il y a plus de touches d’espoir et que la sensation Pop est plus présente que dans le premier album qui avait des relents sans doute plus Indus. Mais le groupe s’appelle toujours Suffocating Minds (sourire) donc ce n’est pas demain la veille que le mot «Rainbow» ou «Love» apparaîtront dans des titres!

Pouvez-vous me parler de l'image sur la pochette représentant un homme remontant un escalier?

Greg: Le personnage anonyme est en mouvement vers le spectateur et ses reflets sur les murs démultiplient les possibilités? Qu'y a-t-il dans sa valise ? Où va-t-il ?… La composition de la pochette, mise en relation avec le titre de l’album déclenche les histoires que la personne qui la regarde a envie d’imaginer. C’est une illustration ouverte qui invite à l’interrogation, un peu à l’image d’une affiche de film.

Alain: Greg l’a prise sur le chemin du travail, et lorsqu’il nous l’a soumise, elle a toute de suite fait l’unanimité. C’est également lui qui a bossé sur le visuel entier du CD qui participe à l’évolution claire de SFMD.

Votre esthétique est souvent léchée et portée vers le noir et blanc.
Est-ce pour son caractère intemporel?


David: Le noir et blanc reste toujours sobre et est cohérent dans l’esprit général du groupe: “no rainbow”! . (rires) C’est aussi une façon de filtrer la réalité et une connexion avec le volet le plus «dark» de nos chansons.

Vince: Dans le même ordre d’idées, on reste dans le code vestimentaire noir sur scène...

On sait que vous êtes amis à la ville comme à la scène, comment se passe la fabrication d'un album, quand on est amené à oeuvrer ensemble pendant des mois?

Alain: Notre amitié de longue date nous permet, au fil du temps, de pouvoir réaliser les choses de manière fluide, naturelle : l’amitié nourrit notre musique (et donc cet album) et notre musique nourrit depuis toujours l’amitié.

Comment s'est passé le procédé de création de «Second life»,avez vous d'abord fait la musique puis posé les mots ou l'inverse? Est-ce que chacun est resté dans son «rôle» ou finalement, à force de travailler ensemble, vous finissez par acquérir un peu du talent les un des autres?

Alain: Vince vient avec des maquettes déjà bien établies, nous les écoutons et retenons celles qui nous parlent le plus, certaines restent presqu’inchangées tandis que d’autres ont été un peu plus (re)travaillées sans toutefois être complètement bouleversées.
Greg, grâce à sa formation classique, aime proposer des idées d’arrangements par rapport aux maquettes de Vince.

Greg: J’aime apporter le maximum de soin à l’ensemble harmonique d’un morceau, en veillant à l’équilibre de tous les sons, même si il ne s’agit « que de la Pop». Simple ne rime pas avec simpliste… “La simplicité est la sophistication suprême”! Disait très justement Léonard de Vinci”…
Enfin ça peut paraître un peu too much cette citation, non? On peut l'enlever? (rires) Enfin non, le fond réflète bien ce que je voulais dire!
Et donc, si il y a un apport personnel c’est sans doute celui-là. Tout en gardant à l’esprit que cela n’a rien à voir avec la capacité de «songwriting» qui pour moi n’a aucun rapport avec une formation classique - même si ça peut aider - et Vince a un vrai talent pour ça… tout en étant autodidacte!

Vince: Quant aux paroles, elles sont écrites en fin de processus: l’anglais, au-delà de l’amour que je porte à cette langue depuis toujours et encore plus depuis que j’ai vécu à Londres, me permet cette «distance poétique» qui focalise sur la musicalité des mots avant d’y mettre du sens.
Elle me permet de m’exprimer plus librement finalement, d’être en quelque sorte quelqu’un d’autre. “Second life” aurai été une chose plus délicate si j’avais choisi le français! Question de pudeur, sans doute.

Gregory, il paraît que vous avez «l'oreille absolue» pouvez-vous expliquez ce que cela veut dire et apporte au groupe?

Alain: Quand il entend un chien aboyer , il n’entend pas “Wouf-Wouf”, mais plutôt “La La#”(rires) En bref, pour lui, tout bruit à sa note propre!

Greg: (mort de rire) Plus sérieusement, cela veut dire que tout son (la majorité des sons en tout cas) se traduit en note dans ma tête.
Pour la pratique du piano, cela peut aider la mémoire.
Mais ça peut être aussi très énervant, des fois on a envie de ne PAS entendre de notes..! Mais ça n’apporte rien au groupe en pratique.

Quand vous ne jouez pas sur scène ou ne bossez pas sur vos morceaux, que faites-vous?
Avez-vous d'autres passions en dehors de la musique?


Alain:D’autres «passions» au même niveau que la musique, qui nécessitent autant d’investissement? Non.
Mais chacun à d’autres activités, ne fussent que professionnelles:on est tous les quatre à temps-plein.

Vince: Au-delà d’un temps-plein, un projet musical pareil nécessite de prendre des dizaines d’autres casquettes pour le faire vivre
(compos, arrangements, écriture, montage vidéo, promo, booking, networking, organisation, etc...) et, quand la passion est là, ça peut vite devenir énergivore et chronovore!

Greg: J’ai quand même deux autres passions importantes: le piano, qui possède un si beau et vaste répertoire et qui est aussi en partie un métier, puisque je peux l’enseigner.
Je suis également « magicien/mentaliste », activité que je développe à mon rythme parallèlement simplement par passion. Mon but n'est pas d'en vivre. Si je précise ça, c’est parce que je pense que tout musicien doit avoir un intérêt plus large que sa musique, notamment un attrait pour l’art en général.
C’est ce qui va nourrir sa production et donc il est important de vivre des choses hors de sa petite bulle musicale.

David: Mon autre passion a 6 ans et demi... Ma fille!

D'où vient le choix du nom de Suffocating Minds?
Vous sentez toujours en harmonie aujourd'hui avec ce choix?


Alain: Vince est venu chez moi,il y a dix ans avec un morceau qui s’appelait Suffocating mind,(au singulier donc) et il m’a convaincu qu’il fallait en faire quelque chose et c’est là que le projet est né!
Sur le choix, oui nous sommes toujours en harmonie et on n’y tient!

David: On reste toutefois bien conscients que juste sur la «forme» il est toujours difficile à retenir et à prononcer, d’où la proposition « SFMD » pour les moins anglophiles.

Vince: Pour les plus courageux, vous pouvez toujours vous entraîner avec ceci: «SeffoKKèiting Maïnds ».

N'en avez vous pas marre d'être comparé à Depeche Mode?

Alain: Vince à un timbre de voix très proche de Dave Gahan et Depeche Mode est une influence évidente. Nous comparer à cette référence fait toujours plaisir.

Greg: cela fait plaisir jusqu’à un certain point, cela me va si la comparaison n’est pas faite dans le sens «vous essayez de copier», car ce n’est absolument pas le but. Je pense que le deuxième album affirme une identité plus marquée même si l’influence est en effet évidente. Finalement, copier un groupe pour ensuite avoir la remarque «cela fait penser à tel groupe », cela peut être assez facile si on a tous les éléments pour en créer la copie, la recette ayant déjà été inventée!
Mais cela n’a aucun intérêt… et dans ce cas, prendre la comparaison positivement serait faire preuve d’une bien pauvre auto-satisfaction.
Ce n’est pas notre cas, enfin je crois!

Vince: Depeche Mode est le groupe phare de tout un mouvement, donc je pense qu’il est normal qu’il soit mentionné comme référence première. Ca ne s’arrête toutefois pas là: on nous a bons nombres de fois cité d’autres références (IAMX, New Order, Joy Division, Placebo ou même Muse…).?L’une de nos forces est sans doute cet univers assez typé auquel l’auditeur adhère immédiatement ou pas!

Le 18 août vous vous produisez au W-Festival, dans la province du Hainaut, festival spécial new have et Electronic pop. Vous vous réjouissez?

David: Oui tout-à-fait, c’est une belle grosse date qui est venue s’intercaler et jouer de l’autre côté de la frontière linguistique est un beau challenge! L’occasion d’élargir notre public typé Electro-Synth-Pop-New Wave!

Hormis cet album tout frais et cette date de concert, avez-vous d'autres projets à venir?

Alain: Actuellement nous ciblons la promotion de l’album et les concerts et après cet été, on vise plus particulièrement l’étranger pour fin 2017-2018.

Vince: On sent que quelque chose est entrain de s’ accélérer…


Si l'envie vous démange de les (re) découvrir le 18 août au W-Festival,
il vous reste actuellement 7 jours,11 heures, 11 minutes et 56 secondes pour réserver vos places! Programmation complète: www.w-festival.com

Pour ceux qui ont un barbecue prévu ce samedi soir, annulez-le: Il va rincer et les SM joueront au Home Made Music Festival de Huy. www.facebook.com/events/138515093337773

Vous vous tâtez encore?
Le quatuor offrira sur place 5 albums dédicacés de leurs noms (c'est toujours mieux) et 5 duos Pass de 3 jours pour le W-Festival du18 août!

Leur site: www.suffocatingminds.com
Leur Facebook: www.facebook.com/suffocatingminds
Photo: Anne Sanka]]>
Sat, 12 Aug 2017 14:13:56 +0200
<![CDATA[Festivals in et août]]> http://www.wallonight.be/nightlife/894-festivals-in-et-aout.html Qu'importe. L'été et son florilège de concerts en tous genres s'allongent jusqu'au mois doux!

Le liégeois


Le micro festival

Quand? Du 4 au 5 août
Où? A Liège

De micro il n'en a que le nom. Bébé du label Jaune Orange, il peut se vanter d'être devenu un rendez-vous clé pour l'autochtone mais, aussi d'avoir une maxi programmation, qui ramène les foules .
Cette 8ème saison vibrera aux détonations des coups de perceuses et visseuses du band expérimental belge Suiker Zuicker tandis que les arbres et chapiteaux champêtres de l'Espace 251 Nord se confondront aux projections vidéos hypnotiques du tandem Osica.
Cocaïne Piss(era) sur le système avec de la bonne grosse punk noise énervée. Du belge mais, pas que. C'est là toute l'exclusivité du Microfestival, combinée à son atmosphère magique proche du bal perdu.
Le français Usé vous éveillera au son de sa rave/techno/électro.
Messie attendu de cette guinguette de haut volt: Le grand chamane canadien King Kang and The Shrines soul, garage psychédélique va prendre possession de votre corps.

Le dimanche s'achèvera joyeusement par la foire du vinyl et par le traditionnel grand tournoi de chaises musicales. Dépêchez vous, qui ne prend pas sa place, perd sa place.

www.microfestival.be
www.facebook.com/microfestival

Si si, la famille


Les solidarités

Quand? Le 26 et 27 août
Où? à Namur

Participez au festival familial par excellence. Les Solidarités ce sont des concerts diversifiés, qui plaisent à tout le monde, un sens de l'ouverture avec la multiculturalité comme étendard. Du côté des «valeurs sûres»
pour cette 5ème édition, Slimane, Patriiiiiiiiiiiiiiiiick Bruel, le chevelu Julian Peretta et le (trop) rare Dick Annegarn se taperont l'affiche au coeur de la Citadelle de Namur.
Côté nouveauté, l'excellent duo éléctro-pop Rive et le rap carolo de Caballero et Jean Jass seront de la partie.
Heureux parents? S'ils ont moins de douze ans, vos lardons ont l'entrée gratuite pour applaudir André Bordé, Les Déménageurs et The Joe's.
Epuisés parents? La Citée aux enfants propose des ateliers de conte,
spectacles de rue, grimage, château gonflable, manège enchanté, voir même en roue de secours, un service baby-sitting.
Le programme complet et la liste des 40 associations et ONG placées au centre de l'événement, c'est ici en dessous.

www.lafetedessolidarites.be
www.facebook.com/events/358089077895224

Brussels Summer Festival (dites BSF)

Quand? Du 6 au 15 août
Où? Bin à Arlon.

Faon Faon, Typh Barrow, Laura Crowe et Va à la plage vous sont passé sous le nez aux Francos?
On vous offre la possibilité de vous rattraper en vous agitant au milieu de la Place des Palais, à la Madeleine et aux Monts des Arts dix jours durant.
Pour son 16ème anniversaire, le BSF a mis les petits plats dans les grands et à été jusqu'à ressortir du congelo les Pet Shop Boys, Jil Caplan et Viktor Lazlo!
Pour ceux qui ne veulent pas pleurer des rivières, l'étoile montante Fishabch, le raggamuffin d'Atomic Spliff et le timbre sexy de Nouvelle Vague sont au programme de cette line up .
Les amoureux des mots se régaleront avec les deux poètes très textuels Benjamin Schoos (ex Miam Monster miam) et Sacha Toroop.
En parallèle des concerts, pas de saut en parachute ascensionnel, ni de trampoline...Mieux:
Une bain dans la culture à la sauce bruxelloise, relevée d'animations autour des musées (pourquoi cet air déconfit?) et une entrée gratuite pour ceux qui ont chois la flexibilité du pass 10 jours.

www.bsf.be

Les flower power


Esperanzah!

Quand? Du 4 au 6 août
Où? Abbaye Floreffe (10km de Namur)

On l'a mis aussi à cheval sur le «familial» et l'«incontournable» tant l'atmosphère qui plane sur Esperanzah respire d'ondes positives.
La world music et les artistes aux voix engagées et porteuses d'espoir se joignent à l'art sous toutes ses formes en un harmonieux métissage.
Spectacles de rues, danse contemporaine, performances, cinéma, orchestres, fanfares, histoires contées, instruments de fabrication maison, d'ici et d'ailleurs, musique expérimentale… Esperanzah c'est un patchwork décomplexé où rencontres et musique se tissent naturellement.
Il semblerai que les germes peace & love de Woodstock continuent de fleurir en plein coeur de l'abbaye Floreffe; où l'on se sent comme dans son jardin.
(si on en a un)
Ozark Henry, Témé Tan, Sages comme des sauvages, Hindi Zahra et
l'enragée Keny Arkana sont au menu de cette 16ème récolte. .
Ecoutez, c'est beau : www.esperanzah.be/artist/wonderlhang

www.facebook.com/events/1263371607076515
www.esperanzah.be

Reggea Geel
Quand ? Du 4 et 5 août
Où? A Geel (Anvers)

L'histoire avait démarré comme une blague en 1978; quelques amis mettent sur pied une petite fête reggea en plein air composée uniquement de quelques pelés deejays et d'une pompe à bière.
Une surprise-party bien loin d'être un pétard mouillé puisqu'au
aujourd'hui, Reggea Geel est devenu un festival de caractère renommé, un des plus ancestral festival de reggea d'Europe qui attire 30 000 estivants.
Reggea Geel se donne pour offrir la crème de la la crème jamaïcaine avec des mc chevronnés directement débarqués de Kingston mais, aussi des jeunes pousses toutes fraîches qui ne demandent qu'à partager leurs pétarades ensoleillées.
Green et peace jusqu'au bout, le festival soutient le commerce équitable.

www.reggaegeel.com

Sur la plage


La Beach Box

Quand? Du 6 au 7 août
Où? Aux Halles des Foires de Liège

Pas possible d'aller à Koksijde ces vacances?
Pas possible de faire le plein d'iodes et de moules à l'ail?
Venez prendre une grande bouffée de vagues eighties à la plage industrielle, euh artificielle du Halles de Foires de Liège.
In et août à la fois, avec ses 1000 m² de cocotiers et plages dorées en semi ouvert, semi couvert.
Avec une piscine et une terrasse de 500m2, les deux dj's Oli (Soquette et Curtis) vous invitent à mouiller le maillot et danser le jerk sur de la musique pop et toute la compilation des meilleurs tubes sur lesquels vos parents ont flirté. Vous leur devez peut-être la vie.
Entrée gratuit de 14h a 19h.
Après 19h P.A.F (dans les dents): 5 euros.

www.facebook.com/events/1539258329457691

Wecandance

Quand? Du 12 au 13 août
Où? Zeebrugge

L'édition précédente de cette ode à la danse en toute liberté et pleine conscience avait comme fil rouge «l'Odyssée de l'espace». Cette fois-ci, Wecandance vous invite à prendre le large loin de la ville, loin du bruit, là où l'horizon n'a pas de limites avec «Desert Dream». O nuits d'arabiiiie, milles et une folies, au parfum de velours… Pardon, on s'égare. La plage de Zeebrugge se transforma en immense rassemblement berbère, avec cinq scènes différentes aux mélopées électroniques qui vous tiendront éveillés jusqu'au lever du jour. Plaisir des écoutilles et des papilles; un gigantesque festin (enfin marché food) s'installera entre les dunes pour vous faire découvrir ce que la cuisine orientale à de meilleur. Côté dress code, les chefs insistent: foulards, étoffes luxuriante, smoky eyes…Soyez nomade, pensez Scherazade. Messieurs, portez la moustache du soir, pensez Jafar.

www.facebook.com/WECANDANCEFEST

Dans les bois


Fiesta Latina

Du 25 au 27 août
Où? à Bruxelles

Changement de décor, on décolle direction les bois de la Cambre pour un petit tournoi de scrabble. Non, on est fou mais, quand même. Pas à ce point. C'est la Fiesta Latina. Pendant trois jours, un vent d'exotisme souffle sur la forêt bruxelloise. Laissez votre schéma corporel se surprendre aux rythmes des sonorités latinos, libérez vos chackras sur une capoeira, et enivrez vous de soleil. Ou de mojitos. Ou les deux. Mais alors prévoyez de l'eau, on annonce 24 degrés. Dj'st, apéros, taureau mécanique, limbo, concerts en rafale, la 16ème Fiesta Latina sera peut-être vos dernières vacances avant la rentrée.

www.facebook.com/events/1830914323904969

La truite magique

Quand? Du 11 au 13 août
Où? dans les Ardennes

Allez,quoi! «La truite magique»! Cela devrait se passer d'autres d'arguments !

«La Truite Magique est un festival à l’envergure restreinte qui se déroule au coeur d’une vallée féerique d’Ardenne, là où les lampions multicolores flottent parmi les arbres et se mélangent aux sons éclectiques de la musique en parfaite harmonie avec l'environnement». On risque fort de mordre à l'hameçon, ça à l'air terrible:

www.la-truite-magique.org
www.facebook.com/Latruitemagique.festival

L'éternel


Pukkelpop

Quand? Du 16 au 19 août
Où? Hasselt

Il fait partie des indéboulonnables. On ne présente plus le Pukkelpop.
Cette année, l'habituel «Petit Bazar» s'accoquine avec nos voisins des Pays Bas sur la thématique «Hup Holland Up»! Le Pukkel se sont des concerts avec une line up folle à chaque édition mais, aussi des mini festival dans le festival avec le Salon Fou, la Secrets Room et tout ce qu'il faut en diversité en matière cochonnailles pour se remplir la pense et d'animations pour se taper dessus (sur la pense).
Cypress Hill, Pj harvey, la minimale de l'allemand Ben Klok, Mr Oizo…
Voilà quelques noms. Ca va, quoi. La liste complète ici :
www.pukkelpop.be

W-Festival
Quand? Le 18,19 et 20 août
Où? A 7750 Mont de l'Enclus (dépaysant)

Entre The Human League, Anne Clarck et Desirless, le W-Festival voyage, voyage!
Ce festival spécialement dédié à la new-have et musique électronique fait aussi la part belle aux artistes de notre plat pays.
Qui, décidément, se relève tout sauf plat au vu de la richesse de sa diversité en accueillant des survivants des 80' tels que Vomito Negro
(Non il ne s'agit pas que d'une maladie qui se traduit par des vomissements de l'hémoglobine noire et des délires furieux) et dans la même veine, The Kids.
Le tout en y ajoutant en y injectant du sang neuf comme le quatuor liégeois Suffocatings Minds.
Trois jours d'électro,on pourrait être tenté de dire «changez de disque»;
grossière erreur, le W-Festival et sa programmation ne manquent pas de relief. Voyez par vous même...

www.facebook.com/W-Festival-513141505533140
www.w-festival.com

Pure Electronic

Quand? Le 4 août
Où? à Seraing

Chaud devant! On fait toujours dans l'électro mais, cette fois-ci à S'raing.
Un des anciens hall industriels, abritant autre fois une fabrique de locomotives de Seraing va se transformer en boiler room le temps d'un vendredi soir. Initiative lancée sur les rails par Use-In, qui outre passer du bon son propose jusqu'au 12 août de re-découvrir les merveilleux recoins atypiques de cette cité industrielle bien avant leur transformation à travers des expos, brocante, live paintings, projections cinématographique.

www.facebook.com/events/1869063580081585

Gratuit


FiestaCity

Quand? Du 25 au 27 août
Où? à Verviers

K's Choice, Bj Scott, Adamo…
La place du Martyr va encore souffrir. Non pas par la venue d'Adamo mais, sous les assauts des 50 000 fêtards présents chaque année au rendez-vous.
Faut dire, c'est totalement gratuit. Et puis, aussi, il y a Adamo.
La nuit, il devient fou.

www.facebook.com/events/680508635482959]]>
Mon, 07 Aug 2017 09:15:43 +0200
<![CDATA[Sean Paul à Liège.]]> http://www.wallonight.be/nightlife/893-sean-paul-a-liege.html
Applaudir l'énorme Nicki Minaj au milieu de Coronmeuse il y a deux ans était déjà surréaliste, cette année elles ont encore frappé fort en déroulant le tapis vert et jaune à la star jamaïcaine Sean Paul.

L'homme est apparu détressé, (sans tresses) moulé dans un body à imprimés animal sauvage et a calmé la foule en lui donnant ce qu'elle réclamait avidement: de la grosse ambiance.
Acclamations, jumps, sueurs, iphones qui volent, selfies en pagaille; la jungle liégeoise s'en est donnée à coeur joie.
Les mots s'enraillent, s'enchaînent, roulent, entre«Baby girl», «Gimme the night», et «Tempearture» le ragga man le plus u.s.a qu'on connaisse jongle sans répit ni trémolos.
Le public, déjà en transe lève les bras.
On est surpris de connaître tous ses tubes, l'explication est limpide: chaque fois que Sean Paul sort un morceau; c'est un tube.
L'incontournable «Get busy» se fait accueillir avec éclat comme la pluie dans le désert, le public se défoule et donne tout ce qu'il a dans le ventre.
Le célèbre featuring «Baby boy» démarre et le chanteur est rejoint par un comparse rappeur dont l'identité à été floutée par les exclamations enthousiastes.
«C'est Stromae» s'exclame une amie.
Si on est restées sceptiques quant à Stromae, en revanche il ya une chose dont on est sûres; ce n'était pas Beyoncé.
«Say you love your mamaaaaaaaaa»! Ordonne leMc de sa voix gutturale, avant de sortir de ses entrailles un:
«Mama I Love You»... Respect.
Une heure trente de show s'écoule et les déhanchés des festivaliers toujours bouillonnants semblent se faire plus fatigués que ceux des deux danseuses muy caliente en justaucorps qui swinguent au flow du gourou.
Bien loin de juste jouer les plantes tropicales, elles étaient les allumettes qui ont embrasé l'Open Air, oscillant entre ragga dance hall et chorégraphies très physiques, leur prestations relevait plus de la performance que de la potiche.
Si le sexisme sera survolé, on ne l'évitera pas tout à fait;
On sera tout de même gratifiés de quelques twerks explicites...
Néanmoins, on ne s'attardera pas là dessus et on lira cet état de fait comme les épices d'un vrai show à l'américaine, comme le liégeois en voit rarement.
Reste l'ingrédient principal:la musique.
Souvent accusé de la vulgariser et plus particulièrement de travestir la musique jamaïcaine au profit de la recherche de blockbusters commerciaux ou de la «mélodie qui fait buzz» on peut tout de même reconnaître que les gargarisations de micro de Sean Paul ravissent et rassemblent les foules toutes catégories et générations confondues.
Sean Paul en vareuse Standard (et Liège dans la poche).
On ne rit toujours pas, cette vareuse flamboyante est un cadeau que lui a remis de ses mains Benjamin Nicaise, le nouveau maneger des Rouches avant sa montée en scène.

C'est sur cette image surréaliste que se clôturera ce live généreux, dont seulement la moitié se remettra et ira claudiquer jusqu'à la Wallifornia Beach s'achever au son de Salut C'est cool.

L'autre reprendra le quatre, aphone et souriante.]]>
Wed, 19 Jul 2017 23:26:56 +0200
<![CDATA[Où sortir à Liège?]]> http://www.wallonight.be/nightlife/653-ou-sortir-a-liege.html
Liège est réputé en Belgique pour posséder des lieux d’exception afin de nous faire profiter pleinement du monde musical. J’ai décidé de faire une petite expédition dans le «4000» histoire de dénicher les endroits branchés!

Salles de concerts


Liège foisonne d’une multitude de salle de concerts.

Manège de la Caserne Fonck



La salle a été intégralement rénovée, c’est sans hésiter l'un des plus beaux emplacements de Liège et le coin de prédilection des Ardentes Club. Vous y retrouvez une grande salle avec une capacité de 400 à plus de 1500 personnes, le site se prête aussi bien aux concerts rock qu’aux solennités électro.
2 rue Ransonnet , 4020 Liège

L'Escalier



A l’aube de ses 15 ans d’existence, l’Escalier est établie comme lieu mythique en plein cœur du carré. Salle-café-concert, où des centaines d’artistes belges et internationaux se sont produits.
Authentique abri pour les amateurs de rock, de musiques indépendantes et contemporaines.
Des concerts et des shows de DJs s'y alternent aussi bien la semaine que le week-end.
L'Escalier peut accueillir 200 personnes.

Page Facebook
26 rue Saint Jean-en-Isle, 4020 Liège

Péniche InsideOut


Navire spécialisé dans les concerts et les soirées à tribord, ce lieu exceptionnel offre un son acoustique de qualité ainsi qu’une scène ingénieuse. Cadre chaleureux, endroit de rassemblement entre amis pour faire la fête sur tous types de styles musicaux. Vous pourrez venir assister à des shows rock, pop, électro, techno, jazz, folk, partenariat avec les jeunesses musicales, chanson française, etc. La Péniche est amarrée en face de l’Aquarium de Liège et à un pont du Pot au Lait.

www.insideoutclub.be - Page Facebook
Quai E. van Beneden, 4020 Liège

Country hall


Belle salle où des concerts sont réalisés ainsi que des spectacles et des cérémonies sportives. L’endroit est composé d’une fosse de 1300 m², le public peut choisir de rester debout ou de prendre place dans les gradins.

www.countryhall.be - Page Facebook
Allée du Bol d'Air 19 (route du condroz) 4031 Liège(Sart Tilman-Boncelles)

La Legia


Ce n’est pas exclusivement un studio d’enregistrement amarré au quai du Barbou, c’est également une salle de concert. Très conviviale, pouvant accueillir 80 personnes dans le but d’organiser des concerts intimistes et showcase. Procurant une atmosphère totalement décalée et un effet acoustique décoiffant!

www.legia.be
Quai du Barbou B, 4020 Liège

Le forum



Plus qu’une salle, ici je vous parle d’un bijou architectural qui se déploie au cœur de la cité Ardente. Emplacement très apprécié par son public ainsi que par ses artistes. Des très grands artistes de renommée se sont déjà produits ici comme Jacques Brel, Louis Amstrong, Ray Charles et Miles Davis, Léo Ferre,Ella Fitzgerald, Barbara, Edith Piaf, Aznavour, Joe Dassin, Jacques Dutronc, Yves Montand et j’en passe. Ce magnifique point artistique offre la possibilité d’assister à des concerts mais également à des spectacles humoristiques.

www.leforum.be
14 rue Pont d'Avroy , 4000 Liège

Reflektor


C’est la nouvelle salle liégeoise qui dégrafera son voile ce 4 mars, et ça promet! En effet, je pense réellement que ce nouveau lieu va faire vibrer Liège, notamment rien qu’avec leur premier concert qui est déjà annoncé sold out. Les organisateurs ont invité Oscar & The Wolf pour leur ouverture.
Située en plein point central de la Cité Ardente, à proximité du Carré, la salle est établie dans le bâtiment de l’ancienne piscine de la Sauvenière, place Xavier Neujean.

Vous pourrez assister à de nombreux concerts dans des styles très éclectiques comme le rock, la pop, l’électro, le hip-hop, le jazz, la techno, la house, la drum & bass, la musique du monde ou bien encore la chanson française.

De plus, vous pourrez y retrouver une capacité de 600 personnes, entièrement aménagée et équipée, qui peut accueillir dans des conditions d’écoute et de production optimales les meilleures découvertes comme les têtes d’affiches internationales.

www.reflektor.be - Page Facebook
24 Place Xavier Neujean, 4000 Liège

L’Aquilone


C’est un lieu de Culture avant tout où les tendances culturelles bariolées se raccrochent pour faire dévoiler à son public une affiche tantôt jazz, tantôt alternative mais surtout orientée vers les Musique du Monde.

www.aquilone.be
25 Boulevard Saucy, 4020 Liège

Les caves de Cornillons


Concept très mystérieux, la fête se passe dans des vieilles caves aménagées. Il y a souvent de multiples et diverses soirées qui se prolongent jusqu’au petit matin . C’est là que se passent les soirées pour le nouvel an, les Skins party, les soirées de faculté, les soirées électro, et j’en passe ! Les caves sont composées de plusieurs salles dans lesquelles différents dj's avec des styles différents s’enchaînent tout au long de la nuit.

Elles sont très réputées pour leur annuelle fête d’Halloween, qui est de loin la plus originale de la région. Le bâtiment correspond bien à cette cérémonie avec ses murs en briques qui font très catacombes et qui en font un cadre parfait pour frissonner en musique!

Page Facebook
8b rue de Robermont, 4020 Liège

Les Bars


J’ai sillonné la ville et j’ai découvert des bars très variés en tout genre.

The Shamrock


Pub d'exception tenu par son agréable patron, Luc Boonen. Vous pourrez y retrouver des musiques alternatives. La Convivialité, la bonne humeur, la simplicité sont au rendez-vous! Chouette coin pour faire des rencontres, mais également pour découvrir des mélodies harmonieuses. Et vous aurez aussi l’occasion de savourer des bières d’exception. Ce pub est situé dans la rue Saint Gilles.

Page Facebook
Rue Louvrex, 1, 4000 Liège

Celtic Ireland



Une atmosphère cool et chaleureuse qui colle absolument avec la spécificité de la cité ardente. La décoration, typiquement irlandaise, invite aux festivités. Des concerts sont fréquemment agencés ainsi que les projections d’événements sportifs.
Le Celtic Ireland Bar est le lieu idéal pour se divertir entres amis en sirotant un whiskey ou en buvant une des nombreuses bières irlandaises.

www.celtic-liege.be - Page Facebook
143-145 boulevard de la sauveniere ,4000 Liège

Cappucino


C’est un café assez paisible se situant à l’angle de la Bibliothèque des Chiroux. Si vous avez envie de vous détendre ou de bouquiner tranquillement ou simplement de venir boire un café c’est le lieu idéal. Lieu de prédilection des littéraires et des artistes de la région.

40 rue des Croisiers, 4020 Liège

Spirit of 66


Un des clubs de live-music les plus actifs en Belgique. Plus de 20 concerts par mois dans tous les genres de musique: du Blues à la Salsa en passant par le Rock et le Metal.

www.spiritof66.be
16 Place du Martyr, 4800 Verviers

Petit Bougniat


Si vous voulez connaitre une aventure hors du temps dans cette ville, vous devez vous rendre dans ce café! Vous le trouverez dans la rue Roture, ruelle historique de Liège. Vous aurez l’impression d’avoir fait un bond Moyen Age. Tenu par Jean Marie qui est présent depuis dix ans, il ne quitte jamais son bar, accompagné de son fidèle compagnon ; ce vieux chien qui tousse et que tout le monde connaît. Vous pourrez admirer un cadre rustique et convivial avec des tables en bois noir, feux de cheminées, tête de sanglier. De plus les gens discutent aisément et vous ne quitterez pas l’établissement sans avoir fait une rencontre au moins!

17 rue Roture, 4020 Liège

Le Pot au lait




C’est l’endroit des artistes, offrant une décoration qui courtise avec le kitsch et un esprit manifestement rock-underground: Des mosaïques, des lampes en poupées décapitées, des graffitis aux murs, des saintes vierges coulées dans la table. Vous pouvez venir ici à toute heure du jour et de la nuit avec la certitude de trouver le lieu open. De nombreuses générations s’y croisent. Il fait notamment partie du lieu de prédilection des étudiants d’art (Illustrateurs, graphistes, peintres, photographes, dj’s, taggeurs)

www.potaulait.be - Page Facebook
9 rue soeurs de Hasque, 4000 Liège

Deux Ours asbl


Évoqué comme lieu de rendez-vous pour ceux qui affectionnent le fait de siroter un bon verre dans des fauteuils vintages accompagné d’un fond musical. Vous y retrouverez une vraie déco de bûcherons avec des têtes de sangliers. Vous pourrez venir écouter des concerts tels que blues, rock, jazz, acoustique, assidu, chanson française, avec votre bande d’amis. Je ne sais pas si c’est un café, un resto, un bar ou une salle de concert mais la chose que je peux vous affirmer c’est que c’est un chouette endroit! ASBL reconnue par la Fédération Wallonie-Bruxelles, Deux Ours ont établi leur tanière au-dessus du resto l’Industrie aux 4 bras de Nandrin.

www.deuxoursasbl.be - Page Facebook
93 rue des Aubépines, 4557 Ramelot

Le Tam Tam



Cadre hyper agréable, confortable, où le déracinement est assuré! Nous offrant une musique relaxante avec une déco exotique qui fait penser aux îles, fournie de sa végétation, ses tables en bambous, ses animaux de la jungle. Et bien incontestablement ses gigantesques cocktails aux pailles démesurées. Lieu idéal quand nous avons envie de discuter calmement et être dans une ambiance décontractée et parfait pour commencer la soirée tranquillement avant d’entamer les tangibles festivités! Des soirées à thèmes sont également organisées, n’hésitez plus!

www.tamtam-liege.be - Page Facebook
Bergerue 12-14, Liège

Le cuba’r


A peine rentré dans ce cujé et instantanément je suis déjà dépaysée, c’est ce qui vous attend au Cuba’r! Décoration à la Fidel Castro, éventaire de cigarillos en tout genre, palmiers, tonneaux, ses voitures cubaines colorées et ses écritures murales qui rappellent la «Revolución» de Che Guevara… Vous pénétrez dans ce bar et déjà vous vous sentez en vacances à Cuba, vous vous prenez pour Tom Cruise dans «Cocktails» avec son bar ouvert et ses nombreuses bouteilles et vous vous surprenez à remuer sur de la musique latino. Large choix de cocktail ainsi que leur fameux nachos cheese (miam)!

http://www.lecubar.be - Page Facebook
7 rue des célestines, 4000 Liège

Barbituric


Ce lieu a plus d'une corde à son arc pour distraire les amateurs d'atmosphère électrisant: des soirées DJ le vendredi et le samedi sont agencées.
Edifice entièrement modernisé, des lights à n'en plus finir, une terrasse abritée toute l'année et une carte très diversifiée. (rhums, vodkas et whiskys, bières spéciales au fût, shots à souhait).

Page Facebook
4/6 rue Tête de Boeuf , Liège

Nulle part ailleurs


Ce cujé estudiantin est situé dans le quartier de Fragnée, près de la grande gare de Liège. Durant la pause de midi ou à la fin des cours, l’endroit est bondé de jeunes, il faut dire qu’ils aiment se retrouver autour d’un bon verre! Pas besoin de se rendre jusque dans le centre-ville pour découvrir une localité pour se détendre après le travail. Si vous voulez vous sentir comme à la maison c’est ici que vous devez venir.

Page Facebook
164 rue de Fragnée, 4000 Liège

Le Carré


Le Carré est l’un des emplacements les plus frétillants de la cité. Fixé au cœur de la ville, ce quartier populaire est riche de bars, cafés, restaurants et autres salles de concerts. Très fréquenté par la communauté estudiantine liégeoise mais également par tous les autres, aussi bien les habitants que les visiteurs, il éprouve une vitalité et une fréquentation continues.

www.lecarre.com

L'école du Carré




La cour de récréation est destinée au grand ici! Voici une nouvelle classe amusante destinée aux plus de trente ans ou aux nostalgiques des succès d'avant-hier. Etablissement entièrement modifié et corrigé tout en couleur. Deux entrées pour un même bar ovale où l'on sert d'un côté différents breuvages. De plus un DJ anime chaque soirée du vendredi.

rue de la Tête de bœuf, 4000 Liège

Le Géographic café


Bar étudiant, très accueillant et chaleureux. Nous y retrouvons des gens très motivés pour entendre de la bonne musique grâce aux concerts organisés, ainsi que pour profiter d’une bonne soirée entre amis.

Page Facebook
rue du Pot d'Or, 4000 Liège

Le Déluge




Cet établissement campe quasiment au centre du carré, ambiance estudiantine qui offre un aspect de convivialité, vous vous sentirez directement comme chez vous! Pour les afficionados de foot, les soirs de grands matches vous pourrez assister aux retransmissions.

www.ledeluge.be
44 rue du pot d'or, 4000 Liège

Le Point de Vue



Si vous voulez danser, le Point de Vue est l’endroit qu’il vous faut! L’ambiance est toujours présente au rendez-vous. Vous y retrouverez de la musique très variée et entraînante. L’espace est agréable, en deux parties dont une salle voûtée où l’atmosphère est un peu plus mouvementée tout en étant plus intimiste.

45 rue du pot d'or, 4000 Liège

L'Aquarelle



Super bar pour passer des soirées endiablées entre amis. Musiques variées, boissons aux prix plus que corrects.
43 rue du Pot d'Or, 4000 Liège

L'Aventure


Quand vous rentrerez dans ce bar vous vous sentirez directement comme chez vous, tout de suite intégré. Les jours de match de foot, le café est bondé et il devient un endroit pour discuter tout en dégustant un savoureux cocktail. La spécialité de la maison est un cocktail composé de tequila, vodka et jus de passion: le Francis. Santé!

Page Facebook
50 rue du Pot d'Or ,4000 Liège

La Cour st Jean


D’après les va-et-vient continus j’avais l’impression que ce bar était immense même si c’est plutôt l’inverse. Mais je trouve que ce lieu est très convivial et vous pourrez vous amuser sans retenue. Une décoration rustique avec des murs de pierres et des barreaux qui vous évoquera les temps moyenâgeux. Vous pourrez y croiser des personnes de tout âge, des 4 coins du monde et rencontrer de nombreux étudiants vu que ce lieu fait office de cujé pour les jeunes d’Erasmus.

Page Facebook
23 rue Saint-Jean-en-Isle, 4000 Liège

La Guimbarde



La Guimbarde est un bar avec une déco post-industrielle, avec des références Rock à souhait! Il est situé au fond de la cour du Notger. C’est réellement un endroit top avec un décor très ingénieux. De plus les patrons proposent une carte qui est variée et pour tous les goûts.

www.guimbarde.be - Page Facebook
3 rue Tête de Bœuf, 4000 Liège

L'orange Givrée




Bar avec un accueil chaleureux, vous pourrez de ce fait y découvrir une ambiance pop-rock, nineties latino, lounge. Il y a très souvent des soirées étudiantes à thèmes qui sont organisées ainsi que des happy hours. Les jours des matchs vous pourrez également assister à des retransmissions.

Agencé en différents paliers, ce qui accorde à l’Orange Givrée une atmosphère à la fois intime et conviviale. A chaque palier sa spécialité : l’espace «open bar» et l’espace «dancefloor» pour déguster son verre, l’espace «balance bar» pour une ambiance plus latino et enfantine grâce aux balançoires et enfin l’espace «privilège bar» et l’espace «lounge» pour les experts et amateurs d’alcools de qualité. Incontestablement agréable!

www.orangegivree.be - Page Facebook
2 rue d'Amay, 4000 Liège

L'Aller simple



En journée vous y retrouverez une ambiance estudiantine et sympathique de quoi boire un pot entre amis. Vous vous sentirez très accueilli le soir par la foule et la musique d’ambiance.

Page Facebook
28 rue St-Jean en Isle, 4000 Liège

Le soleil à rendez-vous avec la lune



Lieu très convivial, si vous allez vers 19h, c'est idéal pour boire un verre au calme. Par après, l'ambiance prend le dessus, à vous de voir si vous voulez boire votre verre, ou vous éclater ;-) Serveurs et serveuses hyper sympas. Vos «mètres» de bières seront servis dans un support en bois en forme de soleil (12 pintes) ou de lune (6 pintes), une façon singulière de raccrocher avec le nom du café. Tous les samedis, vous aurez droit à une soirée à thème: écossaise, espagnole, militaire, italienne, Halloween, etc avec dégustations gratuites et décos liées au thème. Tous les jours, les «happy hour» entre 21 et 22h où vous aurez droit au deuxième verre pour seulement un euro de plus!

www.soleil-cafe.be
12 rue Tête de Boeuf, 4000 Liège

Le Far-West Bar


Chouette bar Rock’n roll avec des musiques au top et bonne ambiance coutumière. Si vous voulez faire la fête dans un cadre original et décontracté je vous conseille cet établissement! De plus le personnel est très sympathique et toujours souriant.

Page Facebook
rue des Celestines, Liège

Les Clubs


Les clubbers vont appréciér cette belle ville nocturne car il y a de quoi faire.

Le Cadran


Voici un espace d’exception pour assister à des événements uniques, de plus il est composé de 3 salles modulables.

• Cadran: Salle principale du complexe homographe, Impressionne par sa grandeur.
L’emplacement est tout en longueur et exploité par un éclairage flexible placé dans le plafond ainsi que dans le reste du décor. De nombreux concerts sont organisés avec des line-up très éclectiques et très prestigieux. Vous pourrez assister à des concerts de très grandes renommées électro.

lecadran.be - Page Facebook
Rue de Bruxelles, 4000 Liège

• Le Studio 22 est défini comme l’atelier artistique du Cadran, souvent loué par des organisateurs culturels. Il offre un accès indépendant par la rue Saint-Hubert et une séparation acoustique permettant de concevoir un espace unique distinct des autres salles. Lieu branché accentué par une déco artistique exceptionnelle accentué par une longue fresque. Des concerts électro sont fréquemment organisés.

lestudio22.be
5 rue Saint-Hubert, 4000 Liège

• La rotonde Louise: est adjacente à la salle des pas perdus de la gare de Liège-Palais. la Rotonde Louise est aujourd’hui l'espace intimiste du Cadran, commandité par Pommery. Totalement aménagé et décoré, ce lieu offre une ambiance chaude et tamisée pour les vrais connaisseurs de musique.

Page Facebook
5 rue de Bruxelles, 4000 Liège

Naked Klüb


Discothèque établie dans le centre de la cité Liégeoise, club avec un décor branché et sophistiqué. C’est un peu « the place to be » pour les gens qui n’aiment pas passer inaperçus et qui aiment prendre soin d’eux. Vous pourrez y croiser aussi bien des mannequins que des coiffeurs ou des stylistes.
Ils passent de la musique en tout genre, de quoi faire plaisir à tout le monde, à tenter!

www.nakedklub.com - Page Facebook
Rue des Dominicains, 4000 Liège

Impasse Club


Cette discothèque est le lieu immanquable de la nuit qui vous procure une ambiance incontournable avec un grand choix de musique pour pouvoir vous trémousser avec vos amis.

www.impasse-club.be - Page Facebook
4 rue du Stalon, 4000 Liège

Live Club




Club underground à la hauteur dans la ville. Vous y retrouverez une alliance permanente de cultures avec une pincée de sons d'ambiance. C’est vraiment un endroit agréable, avec une diversité dans les concerts offerts. Il propose un événement toutes les semaines.

http://www.liveclubliege.be - Page Facebook
13 rue roture, 4000Liège

Vodoo


Le voodoo est un café à l'atmosphère club avec la rareté de faire aussi "after".
Laissez-vous envoûter au son de la musique électronique.

Rue d Amay, 4000 Liège

Le Monastere


Boîte qui passe de tout au niveau des styles de musique, de l’électro à la techno passant par le rn’b au reggae. Une variance de dj qui offre des moments uniques. Ouvert les vendredis et samedis ainsi que les veilles de jours fériés.

www.monastere.be - Page Facebook
183 chaussée de liège, 4000 Liège

Congressistes


C’est la salle du palais au bord de l’eau, entièrement rénovée du bar, au sol, en passant par la scène. De nouveaux lights, lumières pointues, et une terrasse sera même prévue pour allonger les belles nuits d’été qui prendront alors des apparences de croisette.
Si vous aimez faire la fête c’est ici que vous devez vous rendre car les ses soirées prévues reflètent un bigarré de couleur qui passe de l’électro à la techno mais également de la drum au hip hop. Les solennités seront fougueuses en bord de la Meuse.

Page Facebook
2 esplanade de l’Europe, 4000 Liège

Le Notger



Si vous aimez le luxe et le design vous allez être servi, les propriétaires de ce disco-bar- restaurant ont mis le paquet!
Lieu assez sélectif mais le climat est chaleureux et convivial dans un cadre sublime, toute la décoration est composée de pièces d'Art qui sont uniques et je peux ressentir qu’il y a eu de la recherche. C’est un site à découvrir et à faire partager à ses proches sans pondération!

http://www.notger.be - Page Facebook
2 rue Tête-de-Boeuf, 4000 Liège

Be You Tiful



C’est la localité de référence pour y faire la fête en toute sécurité avec votre bande d’amis. Se trouvant plein cœur du carré, connu pour son ambiance et sa musique de club, le Be You Tiful est vraiment devenu le lieu de réunion incontournable des clubbers.

Page Facebook
15 rue Tête de Bœuf, 4000 Liège

Avant, je ne saisissais pas pourquoi Liège était prétexte à une évocation continue de la vie musicale. Mais depuis que j’ai exploré ses moindres recoins, j’ai rapidement compris et je peux vous affirmer que Liège ne dort jamais. N’attendez plus et venez-vous aussi découvrir cette ionosphère Liégeoise.
]]>
Wed, 18 Feb 2015 17:15:06 +0100
<![CDATA[Le top 10 des pires soirées de réveillon de nouvel an]]> http://www.wallonight.be/nightlife/607-le-top-10-des-pires-soirees-de-reveillon-de-nouvel-an.html

10. L'endroit mal indiqué


Tout le monde en parle, c'est une valeur sûre mais aucune des personnes qui vous accompagne ne sait ou cela se trouve. Malgré le fait que vous soyez parti une heure plus tôt pour être certain d'arriver pour l'ouverture du buffet, votre périple vous permettra peut-être de profiter du dessert... s'il en reste.

9. Les 12 coups de minuit dehors


Vous connaissez le chemin, vous avez même été en repérage 3 jours avant pour identifier les meilleures places de parking disponibles mais c'était sans compter que tout le monde arriverait au même moment. Accroché à votre billet VIP vous tentez de doubler la longue file qui n'avance pas et bloque l'entrée mais le service de sécurité vous éconduira gentiment. Il ne vous restera plus qu'a patienter dehors, les pieds dans la neige ou sous la pluie, grelottant dans votre belle tenue de soirée pendant qu'à l'intérieur l'ambiance est à son comble et que le DJ décompte déjà les dernières secondes de l'année.

8. La soirée sans personne


L'organisation se déroule dans la plus grande salle des fêtes de votre région, les affiches ont placardé tous les murs la ville, vous imaginiez rencontrer plein de monde et finalement vous vous retrouvez inscrit dans un groupe de 30 personnes dont la moitié occupe les postes au buffet, au bar et à la sono...

7. Le buffet avarié


On s'approche, on hésite et puis les gargouillis de votre ventre l'emportent, vous tentez la tomate crevette avec une petite croûte. Le lendemain, en cherchant le responsable de votre consommation inhabituelle de Motillium, vous hésiterez peut-être entre le crustacé noyé dans la mayonnaise et le vin servi en cruche qui avait un léger goût suret...

6. Les consommations hors de prix


Le prix était pourtant attractif mais on a pas bien mesuré l'importance de la petite mention en bas de page : "consommation non comprise dans le forfait". Evidemment, vous n'avez pas encore reçu vos étrennes, votre portefeuille est vide et il ne vous reste plus que quelques pièces de monnaie dans le fond de votre poche. Il vous reste bien quelques euro pour un cola, non?

5. L'alcool à volonté


Génial, c'est boissons à volonté! L'organisateur n'a pas hésité à installer de nombreux bars ou la bière et l'alcool coulent à flots. Au bout de 2 heures et votre 8ème vodka (sans trop savoir si c'était des verres ou des bouteilles) votre meilleur ami se retrouve à affronter deux molosses qui n'ont pas apprécieé son comportement avec leur petite sœur. Rué de coups, vous l'emmenez aux urgences le plus vite possible mais l'amie qui vous accompagne ne supportera pas votre conduite sportive et finira par vomir sur votre banquette arrière.

4. Quand on se trompe de soirée


Rien de pire que de se rendre compte, arrivé sur place, qu'il y a deux organisations et que vous devez emprunter la file occupée principalement par des personnes dont l'âge moyen fleurte avec celui de vos grand-parents. C'est ensuite avec désespoir que vous verrez une partie de vos amis se diriger vers la bonne file car eux ne se sont pas trompés lors de la réservation.

3. Trop peu et pas assez


Le buffet à peine ouvert, il ne reste plus rien et pour cause, l'organisateur a oublié de prévenir le traiteur que finalement il y aura un peu plus d'invités... Pas grave, vous irez vous consoler au bar mais là aussi, le brasseur n'a pas été informé. Heureusement il vous reste un sachet de 4 cotillons à partager avec vos 12 amis...

2. Sans infrastructure


Seulement 2 toilettes pour 500 personnes et pas de vestiaire. Mais finalement c'est une bonne chose de garder sa veste sur le dos, puisqu'il n'y a pas de chauffage non plus!

1. Sans ambiance


Pourtant le DJ met toute son énergie pour diffuser ses meilleures compiles Thunderdome des années 90 mais rien y fait, personne n'ose s'afficher sur la piste de danse. Heureusement pour vous, l'organisateur est parti chercher sa propre collection d'albums de Johnny pour changer un peu...

Le pire des réveillons est probablement celui qui réuni tout les points de ce classement. Si! Si! c'est possible! Si malgré tout vous voulez quand même tenter l'aventure, vous trouverez des idées de sortie dans notre dossier réveillon de nouvel an.]]>
Sun, 23 Nov 2014 22:41:20 +0100
<![CDATA[Où sortir à Charleroi?]]> http://www.wallonight.be/nightlife/599-ou-sortir-a-charleroi.html
Envie de sortir, de s’ouvrir à d’autres contrées et de connaître des bons coins? c’est dans l’ancienne capitale du Pays noir que ça se passe aujourd’hui!

Charleroi est connu pour ses usines désaffectées, ses paysages miniers à souhait et ses chantiers urbains mais derrière tous ces décors règne une véritable atmosphère musicale underground qui devient de plus en plus IN! Et ce, grâce aux lieux en vogue de la ville. Je vais vous prouver que le 6000 peut être très attrayant!

Les salles de concerts


Charleroi regorge de nombreuses salles de concerts!

Rockerill



L’usine aux chimères, vous en avez certainement entendu parler, à moins que vous hiberniez dans votre grotte! Mais j’en doute réellement. Depuis quelque temps le Rockerill est considéré comme The place to be à Charleroi. Récemment il a même obtenu la 25 ème place au classement des plus grands et plus anciens clubs belges! Ce qui fait son charme, c’est son originalité; une fabrique sidérurgique désaffectée avec une déco composée des matériaux industriel d’origine (1920). Concept underground, transformé en réunion musicale, avec ses deux salles de concerts, c'est également un lieu artistique avec ses ateliers d’artistes et ses espaces d’expositions. L’endroit me fait étrangement penser au Berghain de Berlin, à l’extérieur du centre-ville et éloigné des bars, ce lieu engendre une expérience anticonformiste de la nuit. Et le public ne se plaint pas, l’ancienne usine se revendique comme un centre urbain consacré aux cultures populaires, sociales et alternatives.

Le Rockerill se démarque évidement avec ses line-up. En effet, les organisateurs (Michael, et Globul) ne font pas leur travail à moitié, leurs affiches sont très diverses et ils savent faire plaisir en invitant des grands noms. Tout y passe à Marchienne, de la techno au rock, en passant par de la deep house, du jazz, de l’electro, du hip-hop, ou encore du folk.
Pour les curieux, rendez-vous aux apéros industriels tous les jeudis (ceux-ci recommencent le 30 avril 2015 - veille du 1er mai), et pour les habitués, rendez-vous aux Flashforward.

Rue de la Providence 136, 6030 Charleroi
Site du Rockerill / Page Facebook

Le Coliseum


Implantée dans le quartier Ville basse de Charleroi, cette magnifique salle a été construite en 1924. Après avoir été tour à tour salle de spectacle (de 1930 à 1960), cinéma (1970 et 1980), puis discothèque, le Coliseum ferma ses portes au public à la fin des années 90. En 2005, la salle mythique du pays noir ouvre à nouveau ses portes à des concerts et spectacles musicaux.
Depuis sa nouvelle naissance, la salle a organisé plusieurs centaines d’événements, a accueilli des concerts et des soirées privées-publiques de Charleroi comme: les soirées Fantomas, Bar-Rond, Casanova, Refresh, Sexylicious, Oops… Ces soirées agglutinent entre 1.000 à 2.000 personnes. Salle mettant en avant des artistes : Dj 3000, Ken Ishii , Pompougnac, Llorca, Dave Lambert, MARCO, Charles Schillings, Fred Rister, Tom Barman, S2, Gene Farris, Alton Miller, Dj Philippe CORTI, Detroit Grand Pubahs, Spirit Catcher, Murvin Jay, DJ Morpheus, Aril Brikha, Fabrice Lig, Iban Mendoza, Funkagenda, Puggy, Channel Zero, Marco Masini… et bien d'autres.

Rue de Marchienne 31, 6000 Charleroi
Site du Coliseum / Page Facebook

Eden



Le paradis est situé dans le centre de Charleroi. L’Eden se définit comme un lieu de diversité et de métissage, un espace d'expression pour l'ensemble du Pays Noir, un projet culturel «indiscipliné» ouvert à tous et à toutes formes de cultures dans et hors les murs. L’endroit est très divers: à la fois salle de théâtre pour toutes les tranches d’âges, lieu de vernissage, lieu de débats, lieu d’informations culturelles, brasserie mais surtout une salle de concerts. Hall de concerts très intimiste qui produit des artistes en tout genre, passant du rock à l’electro ou bien du rap à la chanson française,… Lieu très fréquenté et très apprécié par la population du 6000.
Je vous invite à venir faire un tour dans ce magnifique établissement qui nous ouvre les portes du Paradis!

Boulevard Jacques Bertrand 1, 6000 Charleroi
Site de l’Eden / Page Facebook

Vecteur



Depuis 2008, le Vecteur fait parler de lui, il se situe dans Charleroi (30 rue de Marcinelle).Un bien bel endroit qui agit en tant qu’acteur à part entière au sein du paysage culturel de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Cette salle est vraiment imaginative et offre de nombreux concerts très variés. Je vous rappelle que ce lieu a pour ambition de proposer une lumière à une culture, en privilégiant une approche pluridisciplinaire dans sa programmation. Parmi sa diffusion de concerts, le vecteur offre également des expos ainsi que la projection de films et bientôt il y aura un espace bibliothèque.

Rue de Marcinelle 30, 6000 Charleroi
Site du vecteur / Page facebook

Palais des Beaux-Arts


Authentique berceau régional des arts de la scène à Charleroi, créé en 1957. Ce magnifique lieu possède une des plus grandes salles de spectacles de Wallonie. L’endroit œuvre depuis 2002 en association avec l’Eden. Le PBA/Eden propose une programmation très variée, accueille en moyenne une centaine de manifestations dans les répertoires des chansons de variétés, de l’opéra et du lyrique en général, musique classique et musiques non classiques, danse, théâtre, cirque, jeune-public. Le PBA accueille également de grands spectacles parisiens et des vedettes internationales. La particularité du Palais des Beaux-Arts est d’organiser les concerts de midi. Programmés sur le temps de midi, comme leurs noms l’indique, ces concerts de musique classique adoptent une formule plus courte qu’à l’accoutumée: 45 minutes environ. L’opportunité de se lâcher le temps d’une pause ou d’apprécier tout simplement un moment de poésie musicale.

Place du Manège 1, 6000 Charleroi

L’Ancre



L'Ancre est la salle théâtrale de création de Charleroi. Qui nous propose une programmation qui mêle théâtre, danse et musique. Le lieu est obstinément axé sur la création artistique contemporaine. Une programmation en forme de parcours kaléidoscopique. L'Ancre ambitionne de placer des propositions artistiques en résonance avec d'autres acteurs culturels de la région, pour un réel décloisonnement des arts de la scène d'aujourd'hui. Il offre également des concerts en tout genre avec des rythmes endiablés.

Rue de Montigny 122, 6000 Charleroi
Site de l’Ancre / Page Facebook

La Ruche Théâtre


Bâtiment datant de 1920, il a été rénové en un espace multiculturel et dispose de trois salles de spectacle et d'un restaurant. Cette salle procure à son public plus de 100 représentations par saison et propose divers spectacles: concerts, jazz, variétés, cabaret, théâtre. La ruche c’est un cadre agréable et cosy.

Avenue Marius Meurée 1, 6001 Charleroi
Site de La Ruche Théâtre / Page Facebook

Les bars


Dans Charleroi, il y a de quoi faire et niveau bar je ne vais pas vous dire le contraire! J'ai fait mon petit tour et j’ai découvert quelques perles!

L'Irish Times Pub



Endroit central, en plein milieu du boulevard Tirou. Fidèle aux classiques pubs irlandais, lumière tamisée, long bar avec nombreux tabourets hauts, grand écran dans le fond, serveurs made in Ireland, parlant à peine le français. Calme les dimanches, lundis, mardis et mercredis, version Dj Club le jeudi soir, Rock/live en fin de semaine. Tout Charleroi se retrouve dans cette ambiance celtique.

Boulevard Joseph Tirou 86, 6000 Charleroi
Site de l’irish Time Pub

Le Harpers



Bar situé juste à côté l'Irish Times Pub; un peu le même concept que l'irish avec une bonne dose de branchitude, du mobilier baroque et une ambiance du tonnerre le vendredi soir et vous obtenez le nouveau rendez-vous incontournable de Charleroi.

Boulevard Joseph Tirou 88, 6000 Charleroi
Site Le Harpers / Page Facebook

La Sucrière – Rhumerie



Si vous êtes afficionados du bon rhum et d’une ambiance chaleureuse, ce lieu est fait pour vous! Bar installé dans une ancienne maison néoclassique, vous y retrouvez un cadre spécifiquement latino avec une ambiance intime et l’éclairage à la bougie. Il y a même une terrasse couverte chauffée avec possibilité de fumer. Michel, le patron respire la joie de vivre, bon moment assuré.

Rue Charles Dupret 13, 6000 Charleroi
Site de la Sucrière - Rhumerie / Page facebook

Loft bar & Lounge


Le Loft Bar a été repéré dans un penthouse dans le Bultia Village à Gerpinnes. Lieu qui vous donne l’opportunité de passer un moment agréable, mélangeant différents styles et atmosphères. Musique d’ambiance. Peu importe vos goûts, vos envies, vous pourrez bénéficier de leurs nombreux cocktails exotiques et digestifs. Vous pouvez également vous restaurer grâce aux tapas, aux apéros et aux plats light.

Rue du Bultia 87, 6280 Gerpinnes
Site du Loftbar / Page Facebook

Le Nirvana



Bar cosy en plein centre- ville. Plusieurs espaces, nombreuses ambiances avec une musique lounge pour cette ancienne école réaménagée, où chacune des 6 salles est désormais consacrée aux éléments de la nature. La carte des cocktails est très variée et certains milk-shakes pourront en surprendre plus d'un! L'endroit est fort fréquenté en soirée, bonne ambiance grâce à une équipe très pro. En été, profitez de son agréable terrasse et de ses sièges suspendus.

Boulevard de l'Yser 38, 6000 Charleroi
Site le Nirvana / Page facebook

La vie est belge



La vie est belge, ce sont des apéro-bars où vous pouvez découvrir des produits et savoir-faire belges de qualité, les déguster calmement dans un cadre cosy et contemporain, comme par exemple dans une banquette de train ou un fauteuil design. Laissez-vous surprendre par une Belgique loin des clichés et des sentiers battus.

Rue de Marcinelle 12, 6000 Charleroi
Site de La vie est Belge / Page Facebook

Thirsty Four Bar


Bar underground punk garage, non loin de la gare de Charleroi Sud, lieu intimiste procurant à son public l'occasion de se restaurer devant un bon concert.

Rue de Marchiennes 34, 6000 Charleroi
Page Facebook

Le Nautilus


Situé sur le coin d'une rue, vous ne pourrez rater ce bar du centre-ville de Charleroi. Le bar est si rempli qu'il y a du monde sur la rue se trémoussant sur les rythmes de la sono. Cela fait plus de 35 ans que les nuits carolos sont rythmées par le Nautilus. Lieu de rendez-vous des étudiants à la fin des cours les vendredis, ceux-ci laissent leurs places aux adultes au fil des heures qui passent. Puis l'apéro du vendredi s'efface et se change en un des endroits les plus branchés de la région.

Rue de Montigny 104, 6000 Charleroi
Page Facebook

Manolo Bar


Lieu incontournable pour les jeunes de la région. Tous les ingrédients sont assemblés pour y passer une soirée chaleureuse et ambiancée. Il y a même le principe de l’ happy-hour (mojito, vodka, bière à moitié prix). Déco design avec des projections sur écran géant, de plus, le personnel est jeune et la musique est vraiment cool!

Rue de Montigny 6, 6000 Charleroi
Site du Manolo Bar / Page Facebook

Le Malt



Je vous conseille de ne pas rater cet établissement très affectueux. Long bar central et un mélange de musique jusqu'au bout de la nuit.

Rue de Montigny 89, 6000 Charleroi
Page Facebook

La Cuve à Bière


Une soirée tranquille entre amis? c'est l'endroit qu'il vous faut tout en écoutant de la bonne musique et en dégustant une bonne bière. En effet, pour les amateurs de mousse les variétés sont vastes. Cadre chaleureux, taverne tout en bois vous vous sentirez bien comme chez vous.

Boulevard Jacques Bertrand 68, 6000 Charleroi

Charly's Jazz Club


Vous êtes amateurs de jazz, alors je vous conseille de pousser cette porte! Un endroit unique avec une déco appropriée, une musique de qualité et un accueil chaleureux. (Fermé mercredi et dimanche)

Rue de Nalinnes 511, 6001 Marcinelle
Site du Charly’s jazz Club

Les discothèques


Pour les amateurs de discothèques, vous allez être servi dans la city!

Dclic club



D-Clic Club est une référence à Charleroi. Un endroit incontournable pour s’amuser où les jeunes carolos aiment s’y rendre tous les weekends pour écouter des musiques de styles commercial à R’nb. La boîte a d’ailleurs reçu plusieurs stars, comme Sean Pau en autre.

Rue de la Pépinière 5, 6041 Gosselies
Page Facebook

Le privilège Club


L’Ancien Pacha club est devenu le Privilège, situé dans le centre-ville. Très fréquenté les weekends par tous les âges et tous les styles de personnes. Il offre un cadre différent des autres clubs de Charleroi.

Quai de Brabant 37, 6000 Charleroi
Site du privilège Club / Page Facebook

The Town



Tout nouveau concept à Charleroi, depuis le 20 septembre le Butterfly est devenu The Town. La discothèque installée à la rue du Palais, contient une toute nouvelle déco, un nouveau personnel et surtout une nouvelle direction pour l’ancien Butt. Le style musical varie entre Club, House et R'nb. Si l'envie de sortir vous appelle venez dans ce nouveau lieu baroque.

Rue du Palais 17, 6000 Charleroi
Site The Town / Page Facebook

Les soirées à thèmes


Dans la ville, hormis les concerts, les bars et les discothèques nous y retrouvons notamment des soirées à thèmes.

Palladium


Les célèbres soirées rétro-house rendent hommage au club Palladium de Baisy-thy et à la rétro house en générale. Les soirées se passent au Coliseum de Charleroi. Très bonne ambiance et jeux de lumières.

Site du Palladium / Page Facebook

Fantomas


Les célèbres soirées Fantomas font toujours parler d’elles avec bien évidemment une touche de mystère. Elles se déroulent la plus part du temps dans la démentielle salle de la Distillerie de Biercée. Soirée dansante et chic avec de la musique electro et dance, on y retrouve toutes les tranches d’âge.

Site du Fantomas / Page Facebook


Voilà mon petit tour du 6000 est terminé, j’espère que vous avez découvert de nouvelles choses.
En ce qui me concerne Charleroi m’a charmée avec sa diversité et sa culture alternative. Et vous, oseriez-vous vous laissez tenter? ]]>
Sat, 15 Nov 2014 16:06:57 +0100